Histoire du quartier

Histoire du quartier

Premier faubourg ouvrier de Québec, St-Roch a été érigé au début du XVII siècle et s’est développé, dans un premier temps, grâce à son port commercial.

De par sa situation géographique stratégique et la facilité d’accès par voie fluviale, la construction de navires en bois devient l’activité économique la plus importante. De plus, l’industrie de la chaussure a également un impact majeur dans l’essor du quartier à cette époque. C’est d’ailleurs grâce à ces moteurs économiques que la population de St-Roch est rapidement passée de quelques centaines à plus de 20 000 habitants.

Premier faubourg

Jusqu’à la fin des années 50, St-Roch est considéré comme le cœur commercial et manufacturier de Québec. L’arrivée des grands centres commerciaux et le développement des banlieues provoquent l’érosion de l’activité commerciale et le départ de nombreux résidents du centre-ville; c’est le début du déclin du centre urbain. En quelques décennies, la population de St-Roch chute à 5 000 résidents. La construction des autoroutes Laurentienne et Dufferin-Montmorency contribue à fragiliser le quartier en érigeant une frontière de béton, coupant ainsi St-Roch en deux.

Année 50

Différents projets sont mis de l’avant afin de revitaliser St-Roch dans les années 60, mais aucun ne donnera les résultats attendus. Ni le bétonnage des rives de la rivière St-Charles, ni les grands projets de constructions résidentielles ne réussiront à renverser le déclin.

Année 60

Au début des années 70, on tentera de concurrencer les centres commerciaux en recouvrant la rue St-Joseph d’un toit permanent pour en faire le plus long mail commercial au pays.
Malgré de nombreuses tentatives pour revitaliser le quartier et redynamiser le secteur, il faudra attendre le début des années 90 pour réellement voir apparaître certains signes annonçant la reprise de l’activité économique et l’accroissement de la population.

Année 70

Une vaste intervention au niveau physique, social et culturel, soutenue par la municipalité, redonne graduellement à St-Roch sa vocation de centre de vie. On voit apparaître des parcs et l’Université Laval y déménage certaines facultés. Cette grande activité et la mixité sociale, culturelle et commerciale intéressante attirent l’Université du Québec puis l’ENAP, ce qui provoque la construction de logements étudiants et l’implantation de certains commerces de proximité.

Jardins St-Roch

Parallèlement, on retirera graduellement le toit du Mail et on mettra sur pied de nombreux incitatifs à la rénovation et à l’implantation de bureaux de services professionnels entre le boulevard Charest Est et St-Joseph. La valorisation du secteur des arts et de la culture participera également à cet essor rapide du quartier. Plusieurs nouvelles boutiques ouvriront leurs portes suite aux investissements majeurs de certains propriétaires d’immeubles et à certaines de leurs initiatives (Programme d'assistance GM Développement).

Revitalisation

Aux abords du Vieux-Port et du Vieux-Québec, le quartier St-Roch est devenu une destination urbaine prisée. Suite à l’investissement de plusieurs millions de dollars afin de rénover la majorité des édifices de la rue St-Joseph, le quartier a retrouvé ses lettres de noblesse.

Réalité d’aujourd’hui

Offrant des événements, boutiques, commerces de détails, restaurants et cafés/bars uniques en ville, St-Roch est maintenant un endroit incontournable, autant pour les visiteurs que pour les citoyens de Québec. C’est également un milieu de vie et de travail exceptionnel, avec ses nombreux commerces de proximité et son esprit communautaire rassembleur.

Quartier techno-culture de Québec